0
0 Dans Lifestyle/ Vie d'entrepreneur/ Vie de femme

Reculer pour mieux sauter !

Les mesures du confinement édictées, tout le monde, en tout cas, la femme active que je suis (et je sais que tu as été dans la même situation que moi) a dû réaménager son agenda, ses priorités et adopter un nouvel équilibre de vie.

Je ne sais pas pour toi, mais le confinement a été pour moi un temps de « reconnexion spirituelle ».

Bien avant l’épidémie du Covid 19, j’étais prise par mes diverses occupations, j’avais ma vitesse de croisière, bien qu’elle était assez intense. Je ressentais déjà une grosse fatigue physique mais aussi intellectuelle, mais j’étais plus que déterminée à continuer à avancer malgré tout.

A Madagascar on entendait parler de cette épidémie du Corona virus, mais sans forcément en sentir les conséquences. Alors que dans plusieurs pays, les écoles étaient déjà fermées, ici, la vie continuait « normalement », et moi, pareil. C’était comme une forme de déni, comme si cela ne pouvait pas toucher Madagascar…ce serait catastrophique sinon !

Ma façon de me préparer aux éventuelles conséquences était de travailler encore plus fort, au cas où justement, mon activité devrait arrêter et que je ne puisse plus avoir de revenus.

Puis, le moment fatidique arriva ! Confinement ! École à la maison ! Bref, chamboulement total dans mes routines !

Les premières semaines ont été plutôt chaotique, la somme des devoirs des enfants était phénoménale ! Je n’avais plus d’aide à la maison, et les douleurs (dues à la maladie) ont commencé à s’intensifier. J’étais épuisée…

Non seulement, il y avait le côté perfectionniste de la maman qui voulaient assurer avec ses enfants, surtout de peur qu’au niveau scolaire, ce soit un échec, mais en plus, professionnellement, tout ce que je pouvais lire disait que c’était le moment idéal pour booster son activité en ligne, qu’il ne fallait pas relâcher, bien au contraire, etc…bref encore plus de pression !

Mais en revoyant mes routines, j’arrivais quand même à m’organiser et à jongler avec tous mes rôles. Ce qui me donna l’énergie nécessaire pour continuer.

Curieusement, dans mes moments de prières, j’entendais toujours cette petite voix intérieure qui me disait « ralentis, pose-toi, lâche prise… »

Si tu me connais, tu verrais aussitôt la tête que j’ai fais :-D.

Mais comment cela était-il possible de ralentir ? Ce n’étais même pas envisageable du point de vue de la maman entrepreneure que je suis. Et le blog ? Les articles à publier ? Et les écoutes avec les guerrières ? Et les enfants, leurs devoirs ? Et mon mari ? Etc., etc., la liste n’en finissait pas. J’aurais pu égrener tout un chapelet de choses qui me restaient à faire tellement la liste était longue !

Et plus le temps avançait, plus je résistais à cette voix, mais plus je résistais, plus je me sentais submergée. Mes idées se brouillaient…

Jusqu’à ce jour où la voix a été plus grave, plus forte. Je l’ai entendue de façon audible : « Vanessa, arrête TOUT ! Prend du repos ».

Je me revois en train de négocier, expliquant pourquoi je ne pouvais pas arrêter (comme si je pouvais réellement négocier avec Lui haha). Et Il me répéta «  Arrête, et sache que je suis Dieu ! ». Cette voix retentissait tellement fort que je ne pouvais que m’arrêter, ne serait-ce que pour écouter.

Après un temps passé dans Sa présence, j’ai compris qu’Il voulait prendre soin de moi, qu’il me fallait reprendre des forces pour ce qu’il me préparait. Que je devais m’arrêter pour passer ce temps avec Lui, et entendre ce qu’Il avait à m’enseigner. Il s’occuperait du reste. 

C’est alors que j’ai été envahie d’une grande paix, je me suis sentie comme une enfant dans les bras de son Papa. J’étais convaincue que cette voix était celle de mon Papa céleste : Dieu.

ET j’avais envie de lui faire confiance, de le laisser prendre tous mes fardeaux, mes craintes, mes doutes… même s’il était difficile de lâcher prise. Par obéissance, je lui ai dis : voici, je te donne tout.

Depuis ce temps, je te dirai qu’un poids s’est enlevé. Le nuage se dissipe.

J’ai pu revoir mes priorités, j’ai renoué d’une nouvelle façon mon intimité avec Lui, je continue de travailler sur moi, mais aussi, sur la mission qu’il m’a confié, mais cette fois, en étant plus à l’écoute de ses directives.

Quel privilège de savoir et de sentir que je suis une fille à Papa, une couronnée ! Comment ai-je pu l’oublier ?

Je peux être libre de qui je suis, de ce que je fais, peu importe ce que la société préconise, ce que les experts de marketing prônent ou encore de ce que les autres peuvent penser.

C’est une des leçons que j’ai retiré du confinement.

Merci pour ce « confinement spirituel ». Il m’a permis de m’affirmer dans mon identité en Lui. Nul besoin de comparaison. Ma saison est la mienne. J’avance en mon temps, et pas celui des autres.

Il me fallait arrêter pour mieux avancer, reculer pour mieux sauter !

La vie de femme entrepreneure est pleine de rebondissements ! Celle d’une chrétienne entrepreneure encore plus, car on ne fonctionne pas comme la société nous le dicte. Il n’est pas toujours évident de suivre les directives divines, surtout lorsque notre « intelligence » nous inspire le contraire. Mais l’obéissance est toujours de mise: Tout arrêter pendant que les autres entrepreneures ont en profité pour booster leurs activités ! Ce recul est en fait un retrait stratégique « divin » qui promet de grands rebondissements ! 🙂

Je te partagerais dans un autre article, les autres leçons que j’ai tiré jusqu’à présent de ce confinement.

Mais en attendant, je serais ravie de savoir si il y a une (ou des) leçons que tu as retenue avec ce confinement.

Sois bénie,

Inscrivez-vous à la newsletter!

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser une réponse